themes

Justice

Media

Les Crimes commis par les rebelles du M23 et les militaires FARDC au Nord Kivu

default

La guerre de novembre 2012 jusqu’à l’occupation de la ville de Goma par les rebelles du M23, différents rapports des organisations de droits de l’Homme tant nationale qu’internationale dénoncent l’impunité des crimes graves commis par ce groupe armés rebelle de même par certains militaires FARDC sur la population civile au Nord et au Sud Kivu à l’Est de la RDC. Quels sont ces crimes commis? Que fait le gouvernement congolais Face à ces différents rapports ? Ces crimes resteront- ils impunis ?

Justice pour les victimes des viols des FARDC

default

Le doute persiste quant à la tenue d’une véritable procédure judiciaire pour sanctionner les crimes commis au Nord Kivu, à l’est de la République Démocratique du Congo, à la mi-novembre 2012. Lorsque le groupe rebelle M23 (Mouvement du 23 mars) convoitait Goma, les populations des villes de Minova et de Bweremana ont subi les assauts des militaires des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC).

L’arrestation de Ntaganda ne garantie pas l’arrêt des hostilités à l’est de la RDC

default

L’ex-général congolais Bosco Ntaganda s’est rendu, lundi 18 mars, à l’ambassade des États-Unis à Kigali, au Rwanda. Il a demandé à comparaître devant la Cour pénale internationale (CPI) et a été transféré à La Haye dans la foulée.

Sida : le plein accès au traitement encore loin

default

Malgré des efforts d’amélioration, l’accès aux ARV est insuffisant pour les malades du VIH (PVVIH/SIDA) de l’est de la République Démocratique du Congo, RDC. En 2012, l’organisation Médecin Sans Frontières (MSF) affirmait que plus d’un million de personnes y vivaient avec le VIH et que moins de 15 pourcent de patients y étaient effectivement sous ARV.

La reddition de Bosco Ntaganda et les crimes commis à l’est de la RDC (Débat Face à la justice)

child_soldiers_in_the_congo

Quels critiques formuler aux autorités congolaises, vu les crimes que commettent les groupes armées aux habitants à l’est du pays ? La reddition de Ntaganda à la CPI, est-ce que c’est la fin des hostilités à l’est de la RDC ?

De 2002 à 2005, Bosco Ntaganda a servi sous les ordres du leader de l’UPC, Thomas Lubanga, qui en mars 2012 a été reconnu coupable par le CPI de recrutement et d’utilisation
d’enfants soldats en Ituri. Ntaganda est impliqué dans certaines des exactions les plus horribles perpétrées dans l’est de la RD Congo au cours des dix dernières années.

Sur les traces des évadés de MUNZENZE

prison Munzenze (1)

A la prise de la ville de Goma par les rebelles du M23, plus de mille prisonniers ont fui la prison centrale de Goma du 19 au 20 Novembre 2012. Avant de s’en aller, ces détenus ont brulés les dossiers du bureau de la prison pour tenter d’effacer les traces de leurs culpabilités.

Le sort des orphelins (part 5) : l’enfant soldat

orph 5

Bonané est un garçon de quinze ans. Il était forcé de quitter son village natal Nyamaboko à l’âge de 13 ans quand il a été amené et puis enrôlé par un groupe armé dénommé  » Raia Mutomboki ».

Le sale prix de la reussite (Goma, fevrier 2012)

CORRUPTION

Les observateurs du secteur éducatif s’inquiètent face aux effets de la corruption dans les écoles de Goma : elle affecterait jusqu’à la qualité de l’enseignement.

Les tribunaux itinérants dans l’est du Congo

drc_mobille_court

Dans le souci de rapprocher la justice aux justiciables , le tribunal militaire de garnison de Bukavu en collaboration avec les organisations de Droit de l’homme de Bukavu dont l’Association du Barreau Américain, la Monusco, etc. organisent des chambres foraines afin de lutter contre l’impunité et de réduire le taux de criminalité.

Roving Courts in Eastern Congo

drc_mobille_court

Dans le souci de rapprocher la justice aux justiciables , le tribunal militaire de garnison de Bukavu en collaboration avec les organisations de Droit de l’homme de Bukavu dont l’Association du Bareau Americain, la Monusco, etc. organisent des chambres foreines afin de lutter contre l’impunité et de reduire le taux de criminalité